Culture : Le chörten (stūpa)

Pour découvrir l'art du Tibet, photos, recettes de cuisines etc.
Répondre
Bhikkhus
Scribe de Montibet
Scribe de Montibet
Messages : 2763
Enregistré le : sam. 3 sept. 2011 18:19
Localisation : Albertville - Savoie - France.

Culture : Le chörten (st?pa)

Message par Bhikkhus »

Bonjour à toutes et à tous. :D

Après un agréable travail de recherche passé sur mes bouquins, sur le web et en lamaserie, je vais tenter d’apporter à ceux qui le désirent quelques éléments de réponses à propos de ce que l’on nomme en sanskrit :

Le stūpa (en tibétain mchod rten)
Chörten Karma-Ling (2).JPG
Chörten Karma-Ling (2).JPG (67.39 Kio) Vu 15796 fois
Un stūpa ou en tibétain མཆོད་རྟེན།[mchod rten], prononcé chörten, pourrait être défini littéralement par « réceptacle d’offrande ». C’est une structure architecturale tout à fait typique du bouddhisme, que l'on retrouve dans l'ensemble de l'Asie. C'est à la fois une représentation aniconique du Bouddha Shākyamuni et un monument commémorant son parinirvāna (état de nirvāna absolu lors de la dissolution du corps physique, à la mort biologique.)

Nous savons aujourd’hui que l'origine du stūpa est largement pré-bouddhique, car il s'agissait à l’origine d’un tumulus ou d’une montagne funéraire (en forme de dôme) contenant les restes d'un défunt de haute importance. On retrouve ce genre de monument dans de nombreuses civilisations du passé.

Contrairement à la plupart des lieux de cultes des autres religions, le stūpa, qui contient généralement des reliques de bouddhas ou de saints hommes (maîtres réalisés) est plein à l'intérieur et constitue un lieu où les dévotions s'effectuent par le biais d'une circumambulation*, dans le sens solaire autour du monument. Il arrive également que la base du stūpa soit « ouverte » avec une, deux voire même quatre portes et contenant alors parfois en son cœur un moulin à prière. Celui-ci allant de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres. C’est alors sur le haut du moulin que peuvent être déposées les précieuses reliques.
*nb de phurba : La circumambulation consiste à tourner autour d'un symbole ou à l'intérieur de celui-ci. C'est un rite que l'on retrouve dans de nombreuses religions.

Au Tibet ou dans les régions environnantes, le mchod rten est le plus souvent réalisé à l’aide de simples pierres enduites à la chaux et peintes. Bien que de conception plus rudimentaire que les stūpas que l’on retrouve dans le reste de l’Orient, le mchod rten respecte pour autant, tous les canons traditionnels de construction. C’est notamment la pauvreté de la population, la rudesse du climat de haute altitude, mais le plus souvent l'absence de matériaux et d'artisans pour les travailler qui expliquent ceci.

De façon plus concrète, le mchod rten illustre les étapes de la méditation permettant d'atteindre l'unité qu'il symbolise : l’illumination, l’Eveil de l’être. La signification complète et exacte d’un mchod rten est extrêmement complexe dans son ensemble (vous allez comprendre pourquoi).

---------------------------- :D ----------------------------

Pour commencer par une première approche, je vous propose de nous pencher sur ses cinq niveaux principaux, qui représentent du point de vue de l’ésotérisme les cinq éléments (ainsi que leurs couleurs respectives) dans lequel le corps humain se résout après la mort :

La base carrée (1) qui représente l’élément de la terre (jaune), fait allusion à l’enseignement du Bouddha, le dôme arrondi (12) qui représente l’élément de l'eau (bleu) fait allusion au Bouddha lui-même, l’axe central (15) qui représente l’élément du feu (rouge) symbolise l’axe du monde et le ralliement entre les enfers, la terre et les cieux, le croissant (18) qui représente l’élément du vent (vert) symbolise l’élimination de toutes les souffrances, enfin, l' « épi » ou la « flamme » (20) qui représente l’élément de l’air, l'essence de l'esprit, l’éther ou encore l’espace (blanc) symbolise la lumière sacrée du Bouddha, s’amenuisant, s’effilant et se perdant dans le vide de la vacuité.

Pour une approche plus compréhensible et j’espère plus simple, j’ai pratiquement exclu tout le vocabulaire sanskrit, omniprésent. La complexité générale de la signification d’un mchod rten peut se présenter de cette façon :
Structure d'un chörten traditionel.jpg
Structure d'un chörten traditionel.jpg (23.55 Kio) Vu 15796 fois
(1)- ས་འཛིན།[sa 'dzin], la plate forme de la « base » ou « ce qui embrasse la terre », symbolise les dix actes pieux bouddhiques : sauver la vie ; être chaste ; être charitable ; dire la vérité ; établir la paix ; être poli dans ses paroles ; être utile dans ses paroles ; être bienveillant ; souhaiter du bien aux autres ; avoir de la modestie alliée à de la foi.

(2)- ཐེམ་སྐས།[them skas], les « trois marches » ou l’ « escalier », symbolisent les trois joyaux du bouddhisme :
le Bouddha, le Dharma et la Sangha.

(3)- གདོང་ཆེན།[gdong chen], le « trône des lions des neiges» symbolise la supériorité sur l'univers.

(4)- Le « vase aux trésors » (enfoui en terre) symbolise huit nobles richesses. (Ne demandez pas qui sont-elles, car malgré mes recherches, je ne l’ai pas encore découvert).

(5)- བད་ཆུང།[bad chung] le « petit lotus » et བད་གམ།[bad gam] le « grand lotus », symbolisent les six pāramitās (perfections infinies) : le don infini ; la moralité infinie ; la patience infinie ; l’activité infinie ; la méditation infinie ; la sagesse infinie.

(6)- Les quatre « coins du trône de base » symbolisent les quatre vertus illimitées : l’amour universel infini ; la compassion infinie ; la joie infinie ; la charité ou l’équanimité infinie.

Note : (5) et (6) désignant les dix nobles qualités d’un lieu habitables, sont traditionnellement nommées དགེ་བཅུ།[dge bcu].
(7)- བང་རིམ།[bang rim], désigne l’étape des quatre « marches » ou « terrasses » d’un mchod rten. La « première terrasse » symbolise les quatre attentions fondamentales : l'impermanence du corps ; l'impermanence des sensations ; la vacuité des pensées ; les conditions d'existence.

(8)- La « deuxième terrasse » symbolise les quatre sammā-padhāna (efforts parfaits) : s'efforcer de préserver des conditions favorables existant déjà ; s'efforcer de produire de telles conditions non encore advenues ; s'efforcer d'écarter les conditions défavorables existantes ; s'efforcer que de telles conditions ne puissent advenir.

(9)- La « troisième terrasse » symbolise les quatre riddhi-pādas (pieds miraculeux). Les riddhi-pādas sont quatre modes pour contrôler et finalement annihiler le désir, la mémoire, et en dernier lieu la méditation elle-même (pour autant que ces choses se trouvent liées à un effort du cerveau physique).

(10)- La « quatrième terrasse » symbolise les cinq indriyadhs spirituelles (facultés) : faculté oculaire ; auriculaire ; nasale ; linguale ; tactile ; mentale.

(11)- གདུགས་འདེགས་པད་མ།[gdugs 'degs pad ma], le « lotus de base » ou la « base immuable » qui supporte le « vase » symbolise les cinq balas (forces) : la force de la foi ; la force de l'énergie ; la force d'attention ; la force de concentration ; la force de connaissance.

(12)- འབུམ་པ།['bum pa], littéralement l’« urne » ou le « vase » (dans ses particularités), symbolise le reliquaire navire des sept bodhyangas (branches de l’Eveil) : la mémoire totale et également celles des vies antérieures ; la parfaite connaissance de tous les Dharmas ; l’énergie de l’effort ; le ravissement ; l'équanimité absolue ; la concentration ; la parfaite maîtrise de toutes les disciplines.

(12a)- སྒོ་ཁྱིམ།[sgo khyim], symbolise la « porte » d’accès au reliquaire navire (12).

(13)- བྲེ།[bre], བྲེ་རྟེན།[bre rten] et བྲེ་རྨན།[bre rman] désignent (en tant qu'éléments de la conception de la partie supérieure d'un pilier) les trois parties juste en dessous de la colonne de l’ « arbre de vie » (14). Concrètement, ils désignent le « trésor et son inverse », symbolisant le noble sentier octuple : la vision parfaite ; la pensée parfaite ; la parole parfaite ; l’action parfaite ; les moyens d'existence parfaits ; l’effort parfait ; l’attention parfaite ; la concentration parfaite.

(14)- La colonne de l’ « arbre de vie » symbolise les dix connaissances primordiales : connaissances des phénomènes ; de l'esprit ; des enchaînements de la loi de causalité ; de l'illusion ; de la souffrance (duhkhā) ; de l'origine de celle-ci ; de la cessation de celle-ci ; du chemin qui y mène ; de la destruction de celle-ci (et donc de sa non-apparition) ; des dix connaissances transcendantales.

(15)- ཆོས་འཁོར་བཅུ་གསུམ།[chos 'khor bcu gsum], les « treize chakras de cœurs » ou les « treize anneaux » composés d’éléments ཕོ་འཁོར།[pho 'khor], signifiant « sphère de chakras père » et d’espaces intermédiaires མོ་འཁོར།[mo 'khor], signifiant « sphère de chakras mère ». Ces anneaux symbolisent les dix pouvoirs et les trois souvenances essentielles. (De la même façon que le « vase aux trésors », malgré mes recherches, je n’ai pas encore découvert la significations exactes de chaque anneau et de leurs espaces intermédiaires).

(16)- ཆར་ཁེབས།[char khebs], l’ « imperméable » ou l’ « ombrelle » et son support symbolisent l'état vajra : le dharma-kāya (divin corps informel de doctrine, de vérité et de vacuité).

(17)- ཐུགས་རྗེ་མདོ་གཟུངས།[thugs rje mdo gzungs], l’essence spirituelle de compassion ou encore nommé le zaraizak symbolise les ornements de toutes les suprêmes qualités.

(18)- ཟླ་བ།[zla ba], la lune symbolise l'élimination de toutes les souffrances (duhkhā).

(19)- ཉི་མ།[nyi ma], le soleil symbolise le rayonnement des milles lumières de la compassion.

(20)- ན་ད།[na da], la goutte ou le joyau sommital symbolise la réalisation de tous les souhaits.

:)
Chörten Karma-Ling.JPG
Chörten Karma-Ling.JPG (34.27 Kio) Vu 15796 fois
Sans rentrer dans des détails encore plus complexes, voila ce que l’on peut déjà dire sur les grandes lignes de la symbolique du mchod rten. Ainsi qu'il le fut dit par le Bouddha à Ananda (cousin et l’un des principaux disciples du Bouddha historique) :

« le mérite accumulé par celui qui fait un stūpa des parfaits bouddhas, de ceux qui ont vaincu tous les démons, ce stūpa fut-il de la taille d'un fruit de myrobolan, dont l'arbre de vie serait aussi fin qu'une aiguille, l'ombrelle comme une feuille de genévrier, la statue de la taille d'un grain d'orge et les reliques comme un grain de moutarde, ce mérite est beaucoup plus vaste que tous les mérites accumulés par les fils et filles de nobles familles à l'intense dévotion lorsqu'ils créent trois cents milles univers composés des sept sortes de matières précieuses et qu'ils offrent aux grands êtres ».

Om Ha Hum
:mrgreen:
Phurba
Modératrice de Montibet
Modératrice de Montibet
Messages : 1165
Enregistré le : lun. 17 janv. 2011 11:08
Localisation : Bretagne - France

Re: Le chörten tibétain ou st?pa

Message par Phurba »

Est-ce que, comme dans "Tintin au Tibet", il faut passer à gauche ? ;)
Bhikkhus
Scribe de Montibet
Scribe de Montibet
Messages : 2763
Enregistré le : sam. 3 sept. 2011 18:19
Localisation : Albertville - Savoie - France.

Re: Le chörten tibétain ou st?pa

Message par Bhikkhus »

Oui, tout à fait.

Il faut savoir que dans la plupart des rites où l’on trouve la circumambulation, on peut constater que l’ambulation a le plus souvent lieu en gardant le centre à sa droite, c'est-à-dire dans le sens du mouvement apparent du soleil vu de l’hémisphère boréal. On devine que, si la circumambulation est parfois un rite d’hommage, elle a surtout une valeur cosmique plus profonde.
Toi pas passer à droit Sahib Capitaine... mauvais présage !
Toi pas passer à droit Sahib Capitaine... mauvais présage !
Tintin au Tibet.jpg (7.95 Kio) Vu 15789 fois
Halala... ce capitaine :lol:
Phurba
Modératrice de Montibet
Modératrice de Montibet
Messages : 1165
Enregistré le : lun. 17 janv. 2011 11:08
Localisation : Bretagne - France

Re: Le chörten tibétain ou st?pa

Message par Phurba »

Une image suivante est très drole aussi... "l'autre gauche Capitaine, l'autre gauche !!!" s'écrie Tintin. :lol:
Bhikkhus
Scribe de Montibet
Scribe de Montibet
Messages : 2763
Enregistré le : sam. 3 sept. 2011 18:19
Localisation : Albertville - Savoie - France.

Re: Le chörten tibétain ou st?pa

Message par Bhikkhus »

Chörtens sous le soleil :D
Chörtens Montchardon.JPG
Chörtens Montchardon.JPG (38.39 Kio) Vu 15761 fois
et chörten sous la pluie :D
Chörten Karma-Ling.JPG
Chörten Karma-Ling.JPG (43.92 Kio) Vu 15761 fois
Bhikkhus
Scribe de Montibet
Scribe de Montibet
Messages : 2763
Enregistré le : sam. 3 sept. 2011 18:19
Localisation : Albertville - Savoie - France.

Re: Culture : Le chörten (st?pa)

Message par Bhikkhus »

Une petite explication d'un chörten selon la tradition bön-po.
Super intéressant, non ?
;)
chorten.jpg
chorten.jpg (252.33 Kio) Vu 15093 fois
Yeunten Gyamtso
Guide
Guide
Messages : 72
Enregistré le : sam. 30 juil. 2011 18:20
Localisation : Seine Maritime

Re: Culture : Le chörten (stūpa)

Message par Yeunten Gyamtso »

Salut à tous,
Bikkhus, je cherche à faire un stupa en plâtre de 20cm de base et environ 40 cm de haut, aurais-tu les proportions à respecter pour chaque élément, je voudrais faire ça dans les règles de l'art.

Merci.

Yeunten.
Shogbya
Interprète de Montibet
Interprète de Montibet
Messages : 653
Enregistré le : ven. 21 juin 2013 19:00
Localisation : Île-de-France

Re: Culture : Le chörten (stūpa)

Message par Shogbya »

Bonjour,
J'ai trouvé ce schéma dans le livre "La Peinture tibétaine" de D. & J. Jackson. J'espère qu'il te conviendra. J'aimerais bien voir le stupa une fois fini si tu veux bien.
Proportions stupa.jpeg
Proportions stupa.jpeg (1.16 Mio) Vu 4127 fois
Yeunten Gyamtso
Guide
Guide
Messages : 72
Enregistré le : sam. 30 juil. 2011 18:20
Localisation : Seine Maritime

Re: Culture : Le chörten (stūpa)

Message par Yeunten Gyamtso »

@Shogbya. Super, merci. C'est exactement ce qu'il me faut. Du coup j'ai commandé le livre. Je ferais des photos du travail et je les posterai.
Encore merci.
Répondre